Un véritable pont Bailey pour le musée

par | 18 Juil 22 | Collections

Un Pont bailey

Fin octobre 2019, nous nous rendions à Pont-Farcy, au domicile de Christopher LONG, Président de l’Association « Les amis du Pont Bailey », afin de désassembler et charger des éléments d’un élément mythique de la Seconde Guerre mondiale : un pont Bailey. Les éléments, marqués par l’épreuve du temps, ont dû passer plusieurs étapes afin de retrouver une certaine jeunesse : sablage, apprêtage antirouille et peinture…

En octobre 2021, après de nombreuses opérations de rénovation et une journée de montage, le pont Bailey est remonté. Trois sections complètes, neuf mètres de long, c’est un bel ouvrage qui est installé quelques mois plus tard dans une scène extérieure du musée accessible gratuitement aux visiteurs.

Nous remercions chaleureusement tous les membres de l’Association « Les amis du Pont Bailey » pour cette mise à disposition au Normandy Victory Museum.

L’installation en images

Donald Bailey, devant une maquette de son invention

Mais qu’est ce qu’un « Pont Bailey » ?

Inventé et breveté en 1941 par l’ingénieur anglais Donald Bailey, le pont du même nom sera déployé sur les terrains d’opération dès novembre 1942 et se révèlera être un atout majeur dans l’avancée des troupes Alliées, notamment grâce à son principe de montage simple et ne requérant pas nécessairement de force mécanique (l’élément le plus lourd pouvant être porté par six hommes seulement). Très utilisé en Normandie et indispensable à la percée du Cotentin, c’est un vestige formidable de la bataille. Le Général Eisenhower considéra le pont Bailey comme l’une des trois armes révolutionnaires du conflit, avec le radar et le bombardier lourd. L’ingénieur Bailey fut quant à lui anobli par la couronne britannique, en reconnaissance de son invention déterminante.

Découvrez cette pièce de collection au NORMANDY VICTORY MUSEUM où vous sont présentés plus de 10 000 objets historiques authentiques et une trentaine de scènographies réalisées avec le plus grand respect de l'Histoire et des hommes et femmes qui l'ont faite.

Réservez votre billet

Découvrir d’autres lectures

Le Weasel M29, un véhicule tout terrain de la Seconde Guerre mondiale

Le Normandy Victory Museum présente dans son exposition permanente un véhicule de l’armée américaine plutôt atypique. Il s’agit du Weasel, aussi appelé M29 Weasel Tracked Cargo Carrier. Nous vous proposons de mieux connaître ce véhicule à l’allure de couteau suisse qui a trouvé sa place lors de la bataille de Normandie.

A Omaha Beach, Florent Plana rend hommage aux Bedford Boys. Les coulisses d’un tournage

Guide touristique passionné par la Seconde Guerre mondiale, Florent Plana est connu pour ses interviews de vétérans, il entretient un lien particulier avec la plage d’Omaha Beach, sur laquelle ont été tournées plusieurs scènes du film « They Won’t Die Twice »

Exposition thématique « Les femmes dans la guerre »

En 1939, quand les hommes sont mobilisés, les femmes sont sur tous les fronts. On les retrouve aux taches domestiques comme d’habitude mais aussi à la production des armes, à la mécanique, aux champs, dans les hôpitaux, dans la résistance et dans les batailles. Cette exposition leur rend hommage et met en lumière leurs actions parfois méconnues.

Un nouvel arrivant dans la scène de la « Poche de Roncey »

Entrez dans une scène du Normandy Victory Museum et découvrez un nouvel arrivant qui s’est installé avec les officiers du Fallschirmjäger-Regiment 6 en mars 2021.

La bataille des haies, un enjeu majeur des combats en Normandie

L’été 1944 est le témoin de terribles affrontements qui opposent l’armée américaine à l’armée allemande en Normandie. Pendant 11 semaines, dans le Cotentin puis le centre et le sud-Manche, l’armée américaine, menée par le général Eisenhower, livre de durs combats contre les troupes du Reich. C’est la bataille des haies.

Lee Miller, le mannequin, la femme et la guerre

Muse des plus grands artistes de son temps, Lee Miller incarne l’idéal féminin des années 1930. Pendant la guerre, elle se révèle être une reporter hors pair au moment de la libération des camps. Photographier l’ennemi semble libérateur pour cette femme meurtrie dont la vie et l’œuvre resteront intimement liés.

Sophie Scholl et la Rose blanche, un symbole féminin de la résistance allemande

Le 22 février 1943, trois étudiants allemands de l’Université de Munich sont exécutés. Ils sont accusés d’actes de haute trahison et de propagande subversive pour avoir distribué à plusieurs reprises des tracts. Parmi eux, Sophie Scholl, une jeune femme d’à peine 20 ans, va devenir un symbole de résistance et de courage face à la folie meurtrière d’Hitler.

La veste PTT de René Duclos, résistant du Réseau Centurie-OCM dans les années 40, entre au musée.

Une pièce d’Histoire supplémentaire entre au musée. La vareuse de René Duclos sera exposée dans quelques semaines avec son historique. Pour que l’on n’oublie jamais le sacrifice de ces hommes, pour notre Liberté.

Derrière des tonneaux près de Villedieu (50), trois casques retrouvés témoignent de l’horreur des combats à la fin de la Bataille des haies

Découverts sous un tonneau, encore couverts de poussière, ces trois casques sont criblés d’impacts, du fait des combats. On reconnaît un casque allemand camouflé d’une unité de la Heer, un casque SS avec aussi des restes de camouflage ainsi qu’un casque léger américain lourdement endommagé.

L’A10 Airfield à Carentan, un aérodrome américain en 1944

Le saviez-vous ? Le Normandy Victory Museum est installé sur un ancien aérodrome militaire américain historiquement connu : l’A10 Airfield. Il est toujours en exploitation et de petits aéronefs peuvent encore utiliser sa piste raccourcie, de 400 mètres de long.