Lee Miller, le mannequin, la femme et la guerre

par | 19 Oct 20 | Femmes dans la guerre

Lee Miller avec un casque en acier créée spécialement pour utiliser un appareil photo, Normandie, 1944
Muse des plus grands artistes de son temps, Lee Miller incarne l’idéal féminin des années 1930. Pendant la guerre, elle se révèle être une reporter hors pair au moment de la libération des camps. Photographier l’ennemi semble libérateur pour cette femme meurtrie dont la vie et l’œuvre sont toujours intimement liés.

Le mannequin devenu photographe de guerre

Née en 1907 dans l’Etat de New-York, Elizabeth Miller de son vrai nom est issue d’une famille privilégiée. A peine âgée de 17 ans, la jeune américaine à la beauté incontestable débute une carrière de mannequin. Elle devient rapidement une icône incontestable des années 1920-1930. Elle accepte de poser pour Edward Steichen, photographe en chef du Vogue américain. Cette vie ne lui convient pas longtemps puisqu’elle ne supporte pas de n’être réduite qu’à son physique avantageux. En contrepartie, elle demande donc à Edward Steichen de lui apprendre les rudiments de la photographie.

© Lee Miller – « Fashion in factories »

Muse et assistante de Man Ray, Lee Miller apprend et peaufine son art

En 1929, Lee Miller s’installe à Paris et devient l’assistante – et la muse – d’un célèbre photographe français, Man Ray. Elle va poser pour lui, mais elle apprend surtout à ses côtés différents procédés photographiques qui lui serviront plus tard dans sa carrière. Avec Man Ray, Lee Miller entre en contact avec le monde des avant-gardes artistiques parisiennes. Elle se rapproche plus particulièrement des membres du mouvement surréaliste, dont de grands artistes comme Pablo Picasso, et mène une vie de bohème.

Lee Miller quitte Man Ray en 1932 et rentre aux Etats-Unis afin d’ouvrir son propre studio. Elle épouse un homme d’affaires égyptien et s’installe au Caire où son goût pour la photographie ne fait que s’amplifier. Pourtant, elle se lasse vite et reprend la direction de Paris où elle rencontre Roland Penrose, artiste surréaliste, qui devient son amant peu de temps avant le début de la Seconde Guerre mondiale.

La carrière de Lee Miller prend un tournant en 1942. L’agence Vogue à Londres lui propose la réalisation de reportages photographiques. Le gouvernement britannique prend conscience du fort potentiel de la presse féminine comme moyen de former les civils, particulièrement les femmes, pour remplacer les hommes partis au front. Elle réalise différentes séances photos sur des femmes habillées en tenues d’usine par exemple. Elle documente aussi le quotidien des civils pendant la guerre : la pauvreté, le rationnement, et surtout le nouveau rôle des femmes comme travailleuses et chefs de famille

Juillet 1944, Lee Miller débarque en Normandie et devient correspondante de guerre

Lee Miller ne s’épanouit pas dans ce travail et ne rêve que d’une chose : aller sur le terrain. Elle est une femme, et cela semble inconcevable.

« Je préférerai prendre une photographie qu’en être une. » Lee Miller

Sa rencontre avec David. E. Scherman va changer le cours de sa carrière. Elle va, avec son soutien, devenir correspondante de guerre officielle pour le magazine Vogue auprès de l’armée américaine. En 1944, elle est envoyée en Europe pour suivre l’armée américaine sur la période qui suit le débarquement en Normandie. Elle est l’une des seules femmes correspondante de guerre présente dans les zones de combat. Elle va aussi être l’une des premières femmes photographes à prendre des clichés des conflits et à capturer des images des camps de concentration après leur libération. Avec David E. Scherman, elle se rend aux camps de Dachau et de Buchenwald.

« Lee est devenue un GI. » David E. Scherman

Portant treillis et casque militaire, Lee Miller se retrouve bien loin de sa vie antérieure de mannequin. La guerre est un moyen pour elle de s’émanciper de son ancienne image de femme-objet.

Collection Lee Miller à voir sur le site officiel

« La baignoire d’Hitler » une photographie choc au pouvoir symbolique.

Les photos sont protégées par les droits d’auteur, nous ne pouvons pas les afficher sur le site mais vous pouvez les visualiser sur le site officiel des archives de Lee Miller.

 

Lee Miller va devenir célèbre grâce à une photo d’elle prise dans la baignoire d’Hitler. Le 30 avril 1945, David E. Scherman et Lee Miller se rendent au camp de Dachau afin de documenter sa libération. Le soir-même, peu après l’annonce du suicide d’Hitler dans son bunker, ils se rendent à Munich dans l’appartement du dictateur et y séjournent quelques jours. C’est à cette occasion que la photographe va être immortalisée par son acolyte dans la baignoire d’Hitler, ou encore assise à son bureau, et même couchée dans le lit d’Eva Braun, sa compagne.

« L’endroit était en parfait état. […] Il n’était pas suffisamment vide pour être ‘loué’ en l’état, mais un quart d’heure de ménage pour dépoussiérer les tasses aurait suffi pour le mettre à disposition d’un nouveau locataire à qui la présence de draps et de vaisselle ‘A.H.’ ne gênerait pas. » Lee Miller à Iconics Photos, 1945

La photographie de la baignoire est une image symbolique. Lee Miller se lave littéralement des horreurs commises par Hitler au lendemain de sa mort.

Lee Miller, une femme meurtrie et engagée aux côtés des femmes

Traumatisme d’enfance

Bien qu’élevée dans une famille aisée, Lee Miller n’a pas eu une enfance facile. Elle est victime d’un viol à l’âge de 7 ans, commis par un ami de ses parents. S’ensuit une grave maladie vénérienne qui mettra des années à guérir. Sa relation avec son père photographe se dégrade pendant qu’il continue de la photographier nue alors qu’elle est déjà adolescente. Ces évènements la marquent à jamais et jouent un rôle prédominant dans sa relation avec les hommes et dans son travail.

Les photographies de gardiens

Lee Miller produit une série de photographies au moment de la libération des camps de Dachau et Buchenwald. Elle se focalise sur les gardiens SS qu’elle capte de manière frontale et brutale. Ces photographies explorent les notions de voyeurisme et d’humiliation. C’est là une sorte de revanche personnelle, qui va plus loin que le simple anéantissement du nazisme. Sans aucun doute, ces gardiens prennent, dans l’esprit de Lee Miller, la forme de ses agresseurs passés.

Les femmes dans la guerre

Même si les clichés les plus célèbres de Lee Miller représentent des hommes, il faut souligner que la majorité de ses photographies montrent des femmes. Elle va photographier des infirmières américaines, des recrues de services militaires réservés aux femmes, mais aussi des résistantes ou des femmes tondues à la Libération. L’héritage photographique que laisse derrière elle Lee Miller est très conséquent. L’impact de la guerre sur les femmes n’a jamais été si bien représenté.

Comme un grand nombre de femmes de l’entre-deux-guerres, compagnes ou épouses d’artistes reconnus, Lee Miller a été reléguée au second plan pendant longtemps. Son œuvre personnelle n’a été à l’époque que très peu prise en considération. Encore aujourd’hui, les noms de photographes comme David E. Scherman ou Robert Capa sont reconnu par un plus grand nombre que celui de Lee Miller.

Si vous souhaitez en savoir plus sur Lee Miller

Nous avons sélectionné pour vous un ensemble de ressources disponibles sur le web

Le site des archives officielles de Lee Miller https://www.leemiller.co.uk/component/Main/17ToA3p1yfaBss9G2InA3w..a

Un article sur le blog de Raconte-moi l’Histoire
http://www.racontemoilhistoire.com/2017/05/lee-miller/

Pour approfondir le sujet de manière plus spécialisée

Article Les Guerres intimes de Lee Miller, par Marianne Amar
https://journals.openedition.org/clio/1396#xd_co_f=Y2Y2MjY3MjQtNzZiNC00ZjgyLTkxZjMtMDU0YWIwODFmYmZh~

Article Lee Miller, une battante sur tous les fronts, par Anaïs Boutot https://journals.openedition.org/transatlantica/4299

Découvrir d’autres lectures

Le Weasel M29, un véhicule tout terrain de la Seconde Guerre mondiale

Le Normandy Victory Museum présente dans son exposition permanente un véhicule de l’armée américaine plutôt atypique. Il s’agit du Weasel, aussi appelé M29 Weasel Tracked Cargo Carrier. Nous vous proposons de mieux connaître ce véhicule à l’allure de couteau suisse qui a trouvé sa place lors de la bataille de Normandie.

A Omaha Beach, Florent Plana rend hommage aux Bedford Boys. Les coulisses d’un tournage

Guide touristique passionné par la Seconde Guerre mondiale, Florent Plana réalise actuellement un film dont la sortie est prévue pour le mois de Juin 2022. Connu pour ses interviews de vétérans, il entretient un lien particulier avec la plage d’Omaha Beach, sur laquelle ont été tournées certaines scènes du futur film. Avant de le découvrir en avant-première au Normandy Victory Museum l’été prochain, entrez avec nous dans les coulisses du projet.

Exposition thématique « Les femmes dans la guerre »

En 1939, quand les hommes sont mobilisés, les femmes sont sur tous les fronts. On les retrouve aux taches domestiques comme d’habitude mais aussi à la production des armes, à la mécanique, aux champs, dans les hôpitaux, dans la résistance et dans les batailles. Cette exposition leur rend hommage et met en lumière leurs actions parfois méconnues.

La bataille des haies, un enjeu majeur des combats en Normandie

L’été 1944 est le témoin de terribles affrontements qui opposent l’armée américaine à l’armée allemande en Normandie. Pendant 11 semaines, dans le Cotentin puis le centre et le sud-Manche, l’armée américaine, menée par le général Eisenhower, livre de durs combats contre les troupes du Reich. C’est la bataille des haies.

Sophie Scholl et la Rose blanche, un symbole féminin de la résistance allemande

Le 22 février 1943, trois étudiants allemands de l’Université de Munich sont exécutés. Ils sont accusés d’actes de haute trahison et de propagande subversive pour avoir distribué à plusieurs reprises des tracts. Parmi eux, Sophie Scholl, une jeune femme d’à peine 20 ans, va devenir un symbole de résistance et de courage face à la folie meurtrière d’Hitler.

La veste PTT de René Duclos, résistant du Réseau Centurie-OCM dans les années 40, entre au musée.

Une pièce d’Histoire supplémentaire entre au musée. La vareuse de René Duclos sera exposée dans quelques semaines avec son historique. Pour que l’on n’oublie jamais le sacrifice de ces hommes, pour notre Liberté.

Derrière des tonneaux près de Villedieu (50), trois casques retrouvés témoignent de l’horreur des combats à la fin de la Bataille des haies

Découverts sous un tonneau, encore couverts de poussière, ces trois casques sont criblés d’impacts, du fait des combats. On reconnaît un casque allemand camouflé d’une unité de la Heer, un casque SS avec aussi des restes de camouflage ainsi qu’un casque léger américain lourdement endommagé.

L’A10 Airfield à Carentan, un aérodrome américain en 1944

Le saviez-vous ? Le Normandy Victory Museum est installé sur un ancien aérodrome militaire américain historiquement connu : l’A10 Airfield. Il est toujours en exploitation et de petits aéronefs peuvent encore utiliser sa piste raccourcie, de 400 mètres de long.

Le 17 juin 1940, dans la Manche…

Alors que la 7ème division allemande commandée par Rommel, s’avance inexorablement vers Cherbourg et que la guerre se rapproche de la Manche, une poignée d’irréductibles s’accrochent aux lignes de défense dans le Cotentin et tentent d’enrayer la fulgurante avancée de l’ennemi.

Le rationnement des denrées dans la Manche pendant la guerre

De par sa situation agricole et une certaine autarcie alimentaire, la Manche même si elle souffre, semble un peu épargnée par la pénurie du moins en ce qui concerne l’alimentation.