Découvrons la Résistance dans la Manche à travers quelques objets du musée.

par | 27 Mar 20 | Collections, Les civils dans la guerre

Ce petit cercueil de bois fut envoyé en 1944 à un commerçant de la région de Saint-Lô, collaborateur économique notoire, accompagné d’une lettre pleine de « recommandations », quant aux années à venir et au comportement à tenir… Il révèle un solide esprit de résistance. Le sentiment de Résistance dans la Manche naît dès l’arrivée des Allemands au début de la guerre et se renforce encore avec l’Armistice puis la multiplication des contraintes, dues autant à Vichy qu’aux occupants. La résistance dans la Manche prend des formes diverses mais se caractérise par le refus de se soumettre.

Les objets de la Résistance dans la Manche

Modèle de cercueil envoyé aux collaborateurs notoires pour les inciter à changer de comportement.

Ces Manchois qui refusent la défaite

Les premiers engagements dans la Résistance sont ceux de ces Manchois qui refusent la défaite et décident de gagner l’Angleterre. A l’été 1940, ils rejoignent les troupes que le général de Gaulle est en train de rassembler. C’est alors une faible force, hétéroclite socialement comme militairement ou géographiquement, dont l’effectif ne dépasse guère les 7000 hommes en juillet 1940.

Quelques-uns de ces hommes viennent de la Manche, qu’ils sont parvenus à quitter par la mer, avec l’aide de pécheurs de Granville, Chausey, Coutainville, Carteret…

Comme ces quatre jeunes Valognais qui le 18 juin 1940, alors que les troupes de Rommel n’ont pas encore pris Cherbourg, rejoignent le port de Goury, embarquent pour Guernesey et prennent le bateau pour l’Angleterre. Et qui quatre jours plus tard, après divers interrogatoires, s’engagent dans les forces françaises libres.

Ou encore cet apprenti pâtissier de Coutances, âgé de 20 ans, qui décide, à l’arrivée des Allemands, de « faire quelque chose ». Avec cinq camarades et la complicité d’un pêcheur du Passous, il gagne Jersey à la rame. Engagé à son tour, il combat en Afrique, en Italie, débarque en Provence, fait la campagne d’Alsace et achève son parcours par le défilé de la Victoire à Paris, en 1945.

La Résistance dans les actes

Ces Manchois qui ont l’esprit de résistance, qui refusent l’Occupation et tous ceux qui la servent, agissent surtout de deux manières. On trouve d’abord des actes hostiles à l’Allemagne et à Vichy, comme la coupure de câbles allemands sur le bord de route, l’arrachage d’affiches de propagande ou le rajout de commentaires, le déplacement de panneaux indicateurs allemands. On peut aussi y ajouter l’aide apportée aux prisonniers français évadés, aux jeunes patriotes partant en Angleterre et aux soldats anglais. Ensuite, des Manchois tiennent à montrer leur patriotisme par le port des couleurs nationales, les rassemblements à l’appel de la BBC, les célébrations du 11 novembre et les dépôts de gerbes de fleurs aux monuments de 14-18. A partir du printemps 1941, cet état d’esprit d’opposition se manifeste par la multiplication des V de victoire et des croix de Lorraine sur les murs.

Un état d’esprit hostile qui inquiète Vichy et les Allemands

Assez répandu dans le département, ce premier mouvement de refus révèle dès les débuts de guerre, un état d’esprit hostile, dont Vichy et les Allemands s’inquiètent. Les auteurs de tous ces actes sont alors recherchés et sévèrement condamnés lorsqu’ils sont découverts. Avec la guerre qui s’éternise, la répression se durcit et l’hostilité grandit encore. Mais ce sont surtout les défaites allemandes à l’Est et les messages du général de Gaulle, diffusés à la BBC, qui entrainent une large adhésion de l’opinion aux idées de la Résistance. Après octobre 1942, l’envoi des travailleurs en Allemagne et le STO, achèvent de mécontenter les Manchois. Désormais, tout est fait pour éviter « ça ». Au printemps 1944, le durcissement de l’Occupation et l’imminence du débarquement renforcent encore le sentiment anti-Allemand dans la Manche.

La Résistance manchoise repose sur des réseaux très secrets

La résistance organisée dans la Manche se met en place dès 1940, mais se structure surtout à compter de 1941 et 1942. Elle repose sur des réseaux, très secrets, dont le but est de fournir des renseignements militaires aux Alliés et des mouvements, plus larges, qui s’efforcent de mobiliser l’opinion.

Dès l’été 1940, de petits groupes se sont formés dans la Manche, sans relations avec l’extérieur. C’est le cas du groupe de Maurice Marland à Granville ou ceux de Cherbourg et Saint-Lô. Puis entre 1942 et 1944, une vingtaine de réseaux se mettent en place, qui recrutent dans tous les milieux et recherchent surtout des informations sur les défenses allemandes.

Les mouvements se développent un peu plus vite : début 1941 pour le Front National, communiste et dès 1942 pour les deux autres mouvements Libération-Nord et l’Organisation Civile et Militaire puis surtout après l’attaque de l’URSS par Hitler

Tous leurs membres font d’abord du renseignement, ils aident les requis du STO qui refusent de partir, fournissent de faux papiers, cachent les gens recherchés, pratiquent des sabotages isolés et surtout, diffusent la propagande en faveur des gaullistes ou des communistes.

A l’opposé, les « collabos » sont la cible de la Résistance et il n’est pas rare pour certains de recevoir un colis avec un petit cercueil accompagné d’une lettre de mise en garde. Au printemps 1944, les résistants Manchois sont environ 1800, désormais unifiés au sein des FFI, forces françaises de l’Intérieur. Peu nombreux mais déterminés, mal équipés, éprouvés par les nombreuses arrestations, ils sont cependant prêts à l’action.

Matériel de sabotage et le faible équipement des résistants de la Manche en 1944

Présentation illustrant le matériel de sabotage et le faible équipement des résistants de la Manche, au printemps 1944

Brassard du comité local de libération de la commune de Portbail

Brassard du comité local de libération de la commune de Portbail

Deux brassards FFI issus d'un lot retrouvé à Picauville

Deux brassards FFI issus d’un lot retrouvé à Picauville

Poste à galène

Poste à galène, dissimulé dans une boite de gâteaux, après la confiscation des postes de radio en février 1944

Casque français repeint avec une Croix de Lorraine encadrée d'un V pour Victoire

Casque français modèle 26, dont la rondache a été enlevée et qui a été repeint avec une Croix de Lorraine encadrée d’un V pour Victoire, symbole des FFI au combat, à l’été 1944

Tract indiquant comment écouter la BBC

Tract indiquant où et comment écouter les ondes radio anglaises (BBC) et américaines

le journal américain Warweek revient sur la contribution de la Résistance à la Libération

En septembre 1944, le journal américain Warweek revient sur la contribution de la Résistance à la Libération, à l’été 1944, en Normandie

Etiquette d'une caisse d'explosifs

Etiquette d’une caisse d’explosifs, parfois utilisés par la Résistance, qui dérobait de stocks dans les carrières ou les chantiers.

Illustré pour enfant et plaquette de propagande

A gauche : illustré pour les enfants, diffusé en 1945 et rendant hommage aux maquisards.

A droite : plaquette de propagande de Vichy dénonçant le groupe Manouchian et qualifiant les résistants « d’armée du crime »

Tract rédigé au dos d'une plaquette de chocolat et retrouvée à Carentan

Tract de la Résistance rédigé au dos d’une plaquette de chocolat et retrouvée à Carentan, place de la République. « Celui qui de sa main bâtit lieux d’aisances, fait plus pour les humains que Pétain pour la France »

Découvrez cette pièce de collection au NORMANDY VICTORY MUSEUM où vous sont présentés plus de 15 000 objets historiques authentiques et une trentaine de scénographies réalisées avec le plus grand respect de l'Histoire et des hommes et femmes qui l'ont faite.

Réservez votre billet

Découvrir d’autres lectures

Un véritable pont Bailey pour le musée

Découvrez en image, l’installation d’un véritable Pont Bailey au musée. C’était à l’automne 2019

Acquisition exceptionnelle de registres de 1944 avec photos de Utah et Omaha

Le 2 novembre 2021, le NORMANDY VICTORY MUSEUM a fait l'acquisition d'un ensemble de documents dont l’intérêt historique est tout à fait exceptionnel : il s’agit de trois ouvrages de photos littorales des secteurs d’Utah et Omaha, provenant de Grandcamp-Maisy. Ces...

Le Weasel M29, un véhicule tout terrain de la Seconde Guerre mondiale

Le Normandy Victory Museum présente dans son exposition permanente un véhicule de l’armée américaine plutôt atypique. Il s’agit du Weasel, aussi appelé M29 Weasel Tracked Cargo Carrier. Nous vous proposons de mieux connaître ce véhicule à l’allure de couteau suisse qui a trouvé sa place lors de la bataille de Normandie.

A Omaha Beach, Florent Plana rend hommage aux Bedford Boys. Les coulisses d’un tournage

Guide touristique passionné par la Seconde Guerre mondiale, Florent Plana est connu pour ses interviews de vétérans, il entretient un lien particulier avec la plage d’Omaha Beach, sur laquelle ont été tournées plusieurs scènes du film « They Won’t Die Twice »

Exposition thématique « Les femmes dans la guerre »

En 1939, quand les hommes sont mobilisés, les femmes sont sur tous les fronts. On les retrouve aux taches domestiques comme d’habitude mais aussi à la production des armes, à la mécanique, aux champs, dans les hôpitaux, dans la résistance et dans les batailles. Cette exposition leur rend hommage et met en lumière leurs actions parfois méconnues.

Un nouvel arrivant dans la scène de la « Poche de Roncey »

Entrez dans une scène du Normandy Victory Museum et découvrez un nouvel arrivant qui s’est installé avec les officiers du Fallschirmjäger-Regiment 6 en mars 2021.

La bataille des haies, un enjeu majeur des combats en Normandie

L’été 1944 est le témoin de terribles affrontements qui opposent l’armée américaine à l’armée allemande en Normandie. Pendant 11 semaines, dans le Cotentin puis le centre et le sud-Manche, l’armée américaine, menée par le général Eisenhower, livre de durs combats contre les troupes du Reich. C’est la bataille des haies.

Lee Miller, le mannequin, la femme et la guerre

Muse des plus grands artistes de son temps, Lee Miller incarne l’idéal féminin des années 1930. Pendant la guerre, elle se révèle être une reporter hors pair au moment de la libération des camps. Photographier l’ennemi semble libérateur pour cette femme meurtrie dont la vie et l’œuvre resteront intimement liés.

Sophie Scholl et la Rose blanche, un symbole féminin de la résistance allemande

Le 22 février 1943, trois étudiants allemands de l’Université de Munich sont exécutés. Ils sont accusés d’actes de haute trahison et de propagande subversive pour avoir distribué à plusieurs reprises des tracts. Parmi eux, Sophie Scholl, une jeune femme d’à peine 20 ans, va devenir un symbole de résistance et de courage face à la folie meurtrière d’Hitler.

La veste PTT de René Duclos, résistant du Réseau Centurie-OCM dans les années 40, entre au musée.

Une pièce d’Histoire supplémentaire entre au musée. La vareuse de René Duclos sera exposée dans quelques semaines avec son historique. Pour que l’on n’oublie jamais le sacrifice de ces hommes, pour notre Liberté.