A Omaha Beach, Florent Plana rend hommage aux Bedford Boys. Les coulisses d’un tournage

par | 20 Juil 21 | Lieux mythiques

Orian Ziad et Florent Plana en tournage à Omaha Beach

Guide touristique passionné par la Seconde Guerre mondiale, Florent Plana a commencé il y a quelques mois, la réalisation d’un film dont la sortie est prévue pour le mois de Juin 2022. Connu pour ses interviews de vétérans, il entretient un lien particulier avec la plage d’Omaha Beach, sur laquelle ont été tournées certaines scènes du futur film. Avant de le découvrir en avant-première au Normandy Victory Museum l’été prochain, entrez avec nous dans les coulisses du projet.

Le tournage sur Omaha Beach

A l’origine du projet, un attachement personnel

Le documentaire de Florent Plana va porter principalement sur les Bedford Boys, de jeunes soldats tous originaires de la ville de Bedford en Virginie, Etats-Unis. C’est de cette même ville qu’est originaire son épouse, Jenny Post. Après avoir rencontré des vétérans ayant débarqué sur le secteur de Dog Green et leurs familles, le sujet du film documentaire s’est en quelque sorte imposé de lui-même. Florent Plana a établi un partenariat avec le National D-Day Memorial de Bedford, qui lui donne accès à des lettres et des objets ayant appartenu aux vétérans de la ville.

« Aujourd’hui, le secteur Dog Green est paisible, il y a des pêcheurs, beaucoup de touristes. Tout cela est possible grâce aux hommes qui sont venus mourir sur Omaha la sanglante. » Florent Plana

Tournage du film sur omaha beach
Photo tournage - asperges de Rommel

Un documentaire porté sur l’humain avant tout

En tant que guide touristique, Florent Plana se rend régulièrement sur la plage d’Omaha Beach.

Avec l’aide historique de Joey Van Meesen et l’appui d’Orian Ziad pour le tournage, Florent Plana souhaitait remettre dans le contexte ce qu’il s’est passé le 6 juin 1944 sur Dog Green.

« L’idée est vraiment de rendre hommage à un maximum de personnes d’une manière très humaine, en mettant en avant des lettres, des objets… » – Florent Plana

L’hiver prochain, il se rendra à nouveau aux Etats-Unis, où il va réaliser de nouvelles interviews de vétérans. Ce voyage devait avoir lieu l’an dernier, mais avait dû être reporté à cause de la pandémie. C’est aussi pour cette raison que la sortie du film a été décalée d’un an. Le titre du documentaire reste pour le moment secret.

76 ans après le D-day, tournage des scènes de reconstitution

C’est en juillet 2020 qu’ont été tournées les premières scènes de reconstitution du film documentaire de Florent Plana, un peu plus de 76 ans après, à l’endroit même où ont débarqué le 6 juin 1944 les soldats américains, sur la plage d’Omaha Beach dans le Calvados. Ces scènes de reconstitution, mettant en scène les Bedford Boys, seront mises en parallèle, au montage, avec des interviews de vétérans réalisées par Florent Plana lors de différents voyages aux Etats-Unis.

Juillet 44, Bedford pleure ses soldats tombés dans les premières heures du débarquement

C’est sur Omaha Beach à 6h30 du matin, le 6 juin 1944, qu’ont débarqué 34 soldats de la compagnie A du 116ème Régiment d’Infanterie de la 29ème Division. Sur cette plage, qui deviendra la plus meurtrière de l’histoire du Débarquement, les Bedford Boys sont arrivés par la première vague d’assaut sur le secteur de Dog Green (Vierville-sur-Mer, Omaha Beach). Sur les 34 hommes originaires de Bedford, 19 ont perdu la vie durant les premières heures du Débarquement.

Ce n’est qu’au mois de juillet suivant le Débarquement que les familles des soldats de Bedford reçoivent des nouvelles du front. La télégraphiste, alors installée dans un petit magasin du centre-ville, a soudainement vu arriver un grand nombre de messages. Tous porteurs de mauvaises nouvelles. Il faudra en tout un mois pour que tous les avis de décès parviennent aux familles. Le traumatisme de la ville de Bedford est terrible. Sur les 3 000 habitants que compte la ville à l’époque, tout le monde a perdu un membre de sa famille ou de son entourage. Bedford est la ville qui a payé le plus lourd tribut des Etats-Unis le jour du Débarquement, proportionnellement à son nombre d’habitants.

DDAY Memorial Bedford Virginia USA

Le DDAY Memorial à Bedford – Virginie – USA

Florent Plana et le Normandy Victory Museum, une passion commune et une collaboration fructueuse

Le tournage de ce film documentaire en 2020 marque le début de la collaboration entre Florent Plana et le Normandy Victory Museum. Pour les scènes tournées sur Omaha Beach, le musée a mis à disposition du cinéaste plusieurs hérissons tchèques disposés sur la plage dans un souci de réalisme. Pour l’anecdote, le musée a aussi fourni une aide logistique à l’équipe de tournage en allant chercher des troncs d’arbres afin de reconstituer les « asperges de Rommel » sur la plage, un dispositif de défenses côtières.

Le film documentaire, programmé pour le mois de juin 2022, sera diffusé en avant-première au Normandy Victory Museum.

Florent Plana collabore cet été encore avec le musée pour l’une de ses expositions. Il expose, au sein-même des dioramas du musée, des portraits de vétérans accompagné d’un extrait des interviews qu’il a pu réaliser auprès d’eux. Une série de photographies accompagnée de témoignages qui apporte une profondeur émouvante à la visite du musée.

L’exposition « Portraits de vétérans » de Florent Plana est visible jusqu’au mois de septembre 2021 au Normandy Victory Museum.

Godefroy Beaussire et Florent Plana devant un hérisson tchèque

Florent Plana et le directeur du musée devant un « hérisson Tchèque »

Portraits de vétérans Florent Plana

Exposition « Portraits de Vétéran » au Normandy Victory Museum

En savoir plus

Sur les Bedford Boys

Sur le tournage du film 

Sur le débarquement à Omaha Beach 

https://www.geo.fr/histoire/debarquement-le-recit-heure-par-heure-du-6-juin-1944-195903  

Découvrir d’autres lectures

Le Weasel M29, un véhicule tout terrain de la Seconde Guerre mondiale

Le Normandy Victory Museum présente dans son exposition permanente un véhicule de l’armée américaine plutôt atypique. Il s’agit du Weasel, aussi appelé M29 Weasel Tracked Cargo Carrier. Nous vous proposons de mieux connaître ce véhicule à l’allure de couteau suisse qui a trouvé sa place lors de la bataille de Normandie.

Exposition thématique « Les femmes dans la guerre »

En 1939, quand les hommes sont mobilisés, les femmes sont sur tous les fronts. On les retrouve aux taches domestiques comme d’habitude mais aussi à la production des armes, à la mécanique, aux champs, dans les hôpitaux, dans la résistance et dans les batailles. Cette exposition leur rend hommage et met en lumière leurs actions parfois méconnues.

La bataille des haies, un enjeu majeur des combats en Normandie

L’été 1944 est le témoin de terribles affrontements qui opposent l’armée américaine à l’armée allemande en Normandie. Pendant 11 semaines, dans le Cotentin puis le centre et le sud-Manche, l’armée américaine, menée par le général Eisenhower, livre de durs combats contre les troupes du Reich. C’est la bataille des haies.

Lee Miller, le mannequin, la femme et la guerre

Muse des plus grands artistes de son temps, Lee Miller incarne l’idéal féminin des années 1930. Pendant la guerre, elle se révèle être une reporter hors pair au moment de la libération des camps. Photographier l’ennemi semble libérateur pour cette femme meurtrie dont la vie et l’œuvre resteront intimement liés.

Sophie Scholl et la Rose blanche, un symbole féminin de la résistance allemande

Le 22 février 1943, trois étudiants allemands de l’Université de Munich sont exécutés. Ils sont accusés d’actes de haute trahison et de propagande subversive pour avoir distribué à plusieurs reprises des tracts. Parmi eux, Sophie Scholl, une jeune femme d’à peine 20 ans, va devenir un symbole de résistance et de courage face à la folie meurtrière d’Hitler.

La veste PTT de René Duclos, résistant du Réseau Centurie-OCM dans les années 40, entre au musée.

Une pièce d’Histoire supplémentaire entre au musée. La vareuse de René Duclos sera exposée dans quelques semaines avec son historique. Pour que l’on n’oublie jamais le sacrifice de ces hommes, pour notre Liberté.

Derrière des tonneaux près de Villedieu (50), trois casques retrouvés témoignent de l’horreur des combats à la fin de la Bataille des haies

Découverts sous un tonneau, encore couverts de poussière, ces trois casques sont criblés d’impacts, du fait des combats. On reconnaît un casque allemand camouflé d’une unité de la Heer, un casque SS avec aussi des restes de camouflage ainsi qu’un casque léger américain lourdement endommagé.

L’A10 Airfield à Carentan, un aérodrome américain en 1944

Le saviez-vous ? Le Normandy Victory Museum est installé sur un ancien aérodrome militaire américain historiquement connu : l’A10 Airfield. Il est toujours en exploitation et de petits aéronefs peuvent encore utiliser sa piste raccourcie, de 400 mètres de long.

Le 17 juin 1940, dans la Manche…

Alors que la 7ème division allemande commandée par Rommel, s’avance inexorablement vers Cherbourg et que la guerre se rapproche de la Manche, une poignée d’irréductibles s’accrochent aux lignes de défense dans le Cotentin et tentent d’enrayer la fulgurante avancée de l’ennemi.

Le rationnement des denrées dans la Manche pendant la guerre

De par sa situation agricole et une certaine autarcie alimentaire, la Manche même si elle souffre, semble un peu épargnée par la pénurie du moins en ce qui concerne l’alimentation.